C’était l’automne.

Pas encore de neige dans nos Alpes, et une belle envie de retourner travailler les mouvements de fous imposés par les toits sculptés dans le grès d’Albarracin.

1000km plus tard, nous revenons avec plaisir dans ce magnifique endroit que nous avions découvert il y a deux ans.
10 jours plus tard, nous aurons réussi à « cocher quelques croix », à user notre peau et à nous motiver pour y revenir une troisième fois.

Albarracin for ever !

Abarracin, les phalanges en folie

elit. amet, venenatis efficitur. accumsan vulputate, Aenean