C’est quand les jours deviennent gris que l’on se remémore combien le bleu sied aux montagnes.
 
Et puis quand ce bleu est souligné par le feu des mélèzes, il y a toujours une magie qui opère -pour moi tout du moins-.
 
Le jeu consistait à suivre la course du soleil autour du Mont Blanc et effectuer par là-même quelques repérages.
 
C’est chose faite, et je me (re) dis que cette incroyable arête de Peuterey mériterait grandement que je la visite.
 
En version intégrale cette fois!
 
Penserais-je déjà à l’été alors que l’hiver commence à peine?

suscipit quis, Phasellus justo commodo Donec sed vel, sit luctus efficitur. porta.