La Grande Casse, couloir des italiens : un grand bol d’ait post-confinement

On en finit plus de savourer cette liberté -relative- retrouvée : des falaises, du beau rocher, le cliquetis des mousquetons. Mais aussi le grand air, celui du haut, le ciel bleu, le coeur qui tape. Il est plus que temps de se remettre sur les crampons. Pour cela, et dans les contraintes du moment, le couloir des italiens à la Grande Casse était parfait. Départ à 5h00, retour à 13h00, pas de bivouac, pas de refuge, juste nous et la montagne. Nous voulions juste nous remettre dans l’ambiance, sans stress, remettre les crampons et avancer dans la pente. Histoire de valider que tous ces joggings depuis la mi-mars avaient un sens.

Alors nous sommes allés voir là haut. Ce couloir des italiens constitue une jolie course de reprise si l’on fait abstraction des 5mn de traversée sous le gros sérac de la face nord. Pour le reste, il n’y a qu’à marcher avec quelques courts passages où la glace et les rochers ne sont pas loin, histoire de faire quand même un peu crisser les lames. L’ensemble du couloir est en ce moment globalement en neige légèrement croutée, et la face est très peu remplie si je me souviens bien de ma première visite là bas il y a une 15aine d’années. Là, le bas de la face (petite face nord) est rempli de cailloux, et le couloir des italiens est plutôt maigrichon. En tous cas pas une bonne option de le descendre à ski en ce moment.

grande casse italiens

grande casse italiens

grande casse italiens

grande casse italiens

Pour le reste, c’est du tout bon : une montée à la fraîche en nord, les 3800m. du sommet qui nous rappellent que le jogging ça ne fait pas tout, et une petite descente sur l’autre versant dans de la neige de printemps. L’herbe verte et les gentianes nous attendent pour le pic nic

massa ut nec fringilla et, sem, risus. mattis nunc