Ils ont des vies à 200 à l’heure, où conserver une activité physique relève du combat permanent.
 
Ils habitent à Paris, loin de l’altitude, loin de l’air pur et des ciels clairs.
 
Ils auraient 1001 raisons de rester chez eux le week-end à tenter de se reposer, tout en gérant les derniers soubresauts de la semaine écoulée puis les prémices du boulot qui les happera dés le lundi matin…
 
Et pourtant : ils ont aussi l’énergie de sauter dans le train vendredi soir pour venir découvrir, 3 jours durant, le ski de rando dans mon beau massif. Les vrais héros, ce sont eux.
 
J’ai la belle responsabilité de les guider dans mon jardin. En dépit de conditions difficiles pour apprécier pleinement le ski de rando, le contrat semble rempli : ils repartent le sourire aux lèvres et les cuisses un peu raides, survitaminés à l’oxygène pur.
 
Matthieu, Maurine : tout de bon!

 

risus. commodo mi, suscipit dictum id consectetur nunc venenatis ultricies