Quand la Bretagne se retrouve dans la poudreuse, ça fait forcément des étincelles. Poudreuse, écume, même combat!

Ca sentait le varech ce matin à Belleville. Avec la marée, débarque sur le quai un groupe de moussaillons de Roazhon : « on veut voir l’écume des montagnes » hurlent-ils à  la cantonade, une fois le pieds mit à terre. Par chance passait par là Yannick an Naoned, vieux briscard des houles d’altitude, sortant de la taverne du port où il avait biberonné toute la nuit. Ni une ni deux, la vareuse est enfilée, les bottes sont souquées, et c’est parti : ils filent ensemble portés par la houle, et doublent bientôt le cap de la Girotte à bonne allure. Ah vous vouliez voir l’écume des montagnes moussaillons!?! En voilà, et de la belle! … Deux ris dans la grand voile, et les voici qui dérivent dans un vent d’ouest sur les épaules des Enclaves. La faim, la soif les stoppent dans leur traversée. Echoués sur un récif, cerclés par l’écume, ils se laissent finalement aller à la ripaille, et c’est vent arrière dans l’écume profonde qu’ils regagnent, rassasiés, le mouillage de Belleville.

Merci mes petits bretons, on remet ça en février, cidre à l’appui!

 

id, commodo risus Aliquam elementum ut