Gravir le Mont Tondu par son arête Est constitue une bonne entrée en matière pour découvrir l’alpinisme rocheux.

C’est donc avec grand plaisir que j’emmène Katja et Johanna passer 3 jours autour du refuge Robert Blanc : Mont Tondu puis Dôme des Glaciers, de quoi toucher du cailloux mais également de découvrir l’univers glaciaire autour du Dôme de Neige. Sur le papier, un programme d’enfer!

Mais c’est sans compter sur la mousson précoce qui vient s’abattre sur nous tel un nuage de criquets sur un champ de blé. L’entrée en matière sera donc…grise comme un ciel du nord. Mais peu importe : le parcours de cette arête Est au Mont Tondu se prête assez bien à un temps couvert, et donne même à cette petite course une certaine ambiance qui compensera (un peu) la vue habituelle par beau temps. Les filles avancent, à la fois heureuse et impressionnées par ce nouvel environnement. Autant dire que ce jour là, nous sommes seul(e)s dans la montagne…

Un Mont Tondu pour nous seuls.

Mont Tondu arête Est

Mont Tondu arête Est

Les premières gouttes commencent à crépiter sur notre capuche alors que nous prenons pieds sur la moraine : 20mn plus tard nous nous attablons devant les merveilles concoctées par les gardiens du Refuge Robert Blanc. Un grand bravo à eux pour les efforts culinaires déployés là haut, je ne crois pas avoir déjà aussi bien mangé dans un refuge.

Refuge Robert Blanc

Le lendemain, le ciel bleu doit nous accompagner. J’émet quelques doutes lorsque, à 4h du matin, les flocons de neige filent dru dans le vent du nord. Allez, on retourne se coucher. 3 heures plus tard, la neige s’est presque calmée mais par contre, 20 bon cm tapissent la terrasse du refuge. On ferme les capuches, on met les gants et on va voir. Le Dôme des Glaciers me semble juste impossible à rejoindre vu les conditions, mais au moins pourrons-nous peut être avancer un peu à la faveur des éclaircies annoncées?…

Mont Tondu arête Est

Mont Tondu arête Est

Que nenni! Plus on monte plus il y a de neige, et les habituelles dalles faciles qui permettent de rejoindre le glacier sont ce jour-là transformées en de piégeux toboggans.

Prise de décision : nous n’avons rien à faire là. Demi-tour, descente, retour à la maison. Katja, Johanna, pas de chance pour cette fois mais l’expérience était belle. Bravo à vous!

Phasellus felis pulvinar quis tristique consectetur