Doucement on s’achemine vers une sortie prématurée. Doucement, la saison d’hiver nous tire sa révérence, contrainte par une actualité ambiante peu réjouissante. Partis pour la Pointe des Besaces, belle idée mais qui restera une idée.

Une petite pointe des Besaces dans la besace, ça aurait pu nous consoler… Au départ on y croit presque : la météo est conforme aux prévisions, le ciel s’ouvre, les nuages se déchirent, et le doux soleil de mars vient réchauffer à souhait une première descente en face sud. La pluie de l’avant veille a pourtant fait des ravages : les rigoles de ruissellement  sont présentes un peu partout, créant sur l’ensemble des pentes une houle ravageuse pour les spatules et les genoux.

Mes skieurs du jour, Emmanuel et Laurent, tiennent bien sur leurs lattes : on peut donc continuer.

Mais hélas, les nuages en décident autrement : au lieu de disparaître et de permettre à la neige en nord de réchauffer un peu, il se développent un peu partout et bientôt nous enveloppent. Le tour envisagé n’est alors plus vraiment envisageable, à moins d’aimer se faire mal… Nous aurons quand même l’immense privilège de skier de la vraie tôle ondulée et même, raffinement ultime, de la tôle ondulée en visibilité nulle quand une espèce de masse cotonneuse viendra nous envelopper au plus mauvais moment.

Dans ces conditions, Laurent est héroïque : trouver, au Passage du Dard,  un local à son fiston pour préparer Centrale en lieu et place d’une prépa qui ne rouvrira pas avant juin… Ça sent le roussi, et déjà on a plus trop la tête à skier.

Piètres conditions, signe d’un hiver qui s’achève…

Emmanuel, Laurent, merci pour la bonne humeur du jour, inversement proportionnelle aux conditions de ski.

ski Besaces

Ski rando Grand Mont

Rando ski Areches

Pointe des besaces a ski

Pointe des besaces Areches

passage du Dard ski Areches

 

Phasellus mi, diam et, sit quis,